L'école officielle devant son principe ou l'allopathie dans les faits, suivi d'un Essai de synthèse caractéristique sur le tartre stibié, l'aconit, l'arnica, l'arsenic et le quinquina, par F. Gout ... / Title Contents

Title Contents


Page  47

TARTRAS POTASSII ET ANTIMONII. 47 musculaire du corps. Ilwmatode(tumeur variqueuse). LipoTLUMIE. Malaise par acce~s; mouveinent convulsif. SPASMES EN G-IýNIRAL (crampes). Spasmes des parties internes. Tremblemnent des parties exiernes, internes. Tiraillement de's muscles; paralysie partielle. INDIVIDUALITES CLINIQUES. TrfTE, Cavite" cerebrale en gene'ral, RJGION CORONALE. Ili'micranie, - GAUCHE. ANGLE PALPJtBRAL INTERNE, larmoiement, AMJ3LIOPIE P1tRIODIQUE, MIYOPIE; oflvoit les COULEU

Page  48

SYNTHEýSE CARACTI8RISTIQUE. DIURESE ET PARTIES GENITALES. Urines fonce~es, - laiteuses,- troubles, sanguinolentes, filandreuses; - d'odeur ammnMOiacale., - acre. Besoin D'URINER EN GItNIRAL. ItMISSIoN PEU ABONDANTE - involontaire., - la nuit. Epiphe'norne'neS AVANT, pendant, apre's 1'6rnission de 1'urine. Vessie, verge. APPAREIL RESPIRATOIRE ET HbMATOSIQUE. Coriza. fluent, se'cre'tionz muqueuse,, visquense; eternuemnent tres-fre'quent. Respiration courte, - accdcleree, mengale. Dyspne'e; ORT

Page  49

TARTRAS POTASSII ET ANTBIONIL. 4 49 BAILLEMENTS, SOMMNEIL, EECRCLTOPYROSES OU FIEYRES. BAILLEMENTS EN GgrNIRAL,- avec pandicitlations. SOMNOLENCE LE JOUR, LE SOIR; 1ýPlPHýINOMtNES ET CAUSES DE LA SOMNOLENCE; sommneil tardif, - le mna. tin soporeux. Position pendant le s ommeil. Les mains sous la tate, - sur le dos. CARUJS. SOMMEIL PROFOND. CATA.* PHORA (assoupissements sans fie~vre ni de'Iire). -- Non repal'ateur. Insomnie avant minuit. Re'ves en general, animeux. BATTEME

Page  50

s0 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. SACRUM, bas gauche haut droit. Affinite's me'dicamenteuses. BELL., CHINA., coce., IPItCA.t OPIUM., puls., Sep. Antidotes. IPE3CA., opium., coccul., puls., sepia. Doses usitees, 15, 3 0 (vye, Xe puissance). La dure'e d'action est tre~s-variable et subordonn~e'ea 1'af.fection maladive, plus promptement epuisee dans les cas aigus que dans les maladies chroniques (1). L'etude. theorique de la. pathoge'nesie (ou mieux de la physiologrie), effets propres 'a c

Page  51

TARTRAS POTASSII ET ANTIMONII. SOMMAIRE. La principale sphbre d'action du tartre stibie se porte sp6 -cialement sur LE VENTRE (voies digestives), LA POITRINE (organes pulmonaires), surtout sur LE COT1t GAUCHE, que les affections avec lesquelles il a le plus d'homceopathicite occupent plus particuli"rement. Ses principaux effets se manifestent LE SOIR, LA NUIT AVANT MINUIT, et ont pour caractere essentiel une douleur PULSATIVE, ou tractive, ou tensive dans les parties internes, tiraillante du

Page  52

52 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. embarras gastriq'ues (1), les fiehres bilieuses, la metro-pe'ritonite (2), la pneumonie aigu6, ]a pleuro-pneumonie (3), certaines tumeurs kematodes, la variole, la varicelle, etc., les varices, etc., etc., sont gue'ris par le tartre stibie', quand ces affections offrent, par leurs principaux caracte~res, la plus grande similitude possible avec les symptO'mes et les phdnomenes qui lui sont propres. complication. (Eflfet pathoge'nesique du tartre stib

Page  53

ii ACONITUM NAPELLUS GENESIE DE L'ACONIT NAPEL 10 Physlologie relativ~e an rhythme, aux effets esseiitielm et concomjitan~s de l*aconit Nalpel (I).Les principaux effets de 1'aconit se manifestent LE MATIN, LE sonI, LAL NUIT apre's minuit, et out pour caracte're essentiel une douleur INSUPPORTABLE,- LANCINANTE,PULSATIVE, ARDENTE INTERNE, - des parties externes = COMME PRODUITE PAR U"N POIDS VNORME - TIRAILLANTE DANS LES PARTIES EXTEIRNES.TIRAILLANTE DE HAUT EN BAS; - dcns l

Page  54

5i4 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. clans les muscles,- LANCINANTE DANS LES PARTIES INTERNES, clans les muscles, DE MEURTRISSURE - PRESSIVE DE DEDANS EN DEHORS; PRESSIVE DU DEIJORS EN DEDANS, - DANS LES PARTIES INTERNES; externes,- PAR SECOUSSES DANS LES PARTIES EXTERNES, - DE SERREMENT DANS LES PARTIES INTERNES. Sensations DE BXTTEMENT DANS LES PARTIES INTERNES,= DE FOURMILLEMENT DANS LES PARTIES EXTERNES. - DE MALAISE (physique ge~nera1), - DE PIVTILLEMENT, = DE PESANTEUR DES PART

Page  55

ACONITUM NAPELLUS. 5 55 e nceintes ou en couches; aux INTDIVIDUS faisant exce~s de LIQUEURS alcooliques. 40 G~n~ralit4~s eciniques. Affections PRItDOMINANTES dans les PARTIES INTERNES, OCCUpant plus PART ICULIEREMENT LE C6OTI9 GAUCHE DU CORPS. APOPLEXIE EN GE~NERAL,. SANGUINE. CONGESTIONS GE~NIERNLS (orgasmes), - PARTIELLE. FAIBLESSE DES ARTICULATIONS. GONFLEMENTS INFLXMMATOIRES, EN GtN1tRAL. Re~pugnance tr~s-grrande "a SE DONNER DU MOUVEMENT. 'INFLAMMATION DES PARTIES, INTERNE

Page  56

56 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. bruns. PAUPItL1ES EN GENELAL. GLOBE DE L'OEIL, CONJONCTIVE. IRIS DILAT9E. Larmoieinent, regard fixe, ainblyopie, PHOTOPHOBIE, SENSIBILITE DE L'OUIE. SOMMET DU NEz; I9PISTAXIS EN GENERAL, sang noir, SENSIBILITEý DE L'ODORAT. TEINT JOURNA.LIER, _pal~e,- ROUGE, - ERYSIPIELATEUX,. ROUGE BLEUATRE. YEUX PROEMINENTS. Gonflement du nez, taches rouges circonscrites aux joutes. She~ge des sensations aux pornmetles, aux joues, md~choire infrrieure, articulation

Page  57

ACONITUM NAPELLUS. 5 57 Parties gednitales en gdne'ral; parties sexuelles; ovaires. RWGLES EN RETARD - de ion gue durcee,- trop faibles. MItiNOSTASIE (suppression des r~gles). R~gles en retard chez les jeunes filues; couleur fonce'e des menstrues. ~PIPHUýNOMJE`NES A L'7APPARITION DES Rt G LES, - pendant les r~gles. M~trorrhagie. Avortemnent. Leucorrhe'ejaune, visquense. APPAREIL RESPHIATOIRE ET HEMATOSIQUE. Coryza fluent ou sec. Secr'tion jaune, epaisse, muune Is queuse. RESPI

Page  58

58 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. bill'i), SCAILATINE AVEC GONFLEMENT. URTICAIRE. Variololde. PRURIT BRULANT, - FOURMILLANT. TUMEUR BRULANTE, - INFLAMMATOIRE. ULCIRES INFLAMMATOIRES. Sensation COMME SI ON tTAIT TIM PAR LES CHEVEUX. ADENOSE. INFLAMMATION DES GLANDES. TUMEUR CHAUDE, BRULANTE, enidolorissernent. BAILLEMENTS, SOAM1~EIL, REVES, CIRCULATION ET PYROSES OU FIEVEE. SOMNOLENCE LE JOUR; APRES MIDI. Positions pendant le f~~rel. Les mains sous la tAte, att naat w le dos, - stir le

Page  59

AV ACONITUM NAPELLUS. 59 PUIS CHALEUR; - DE FRISSONS ET EN MI3ME TEMPS CIIALEUR, -de frissons a" l'exterieur, chaleur ca'lVint&rlieur; - DE FRISSONS A L'LNT1tRIEUR, CHALEUR A L'EXTIgRIEUR, - DE FLISSONS, PUTS CHALEIJR AVEC sUEUR; - de chaleur avec sueur, - de chaleur alternative avec frissons; - d'horuipilation avec sueur. Soulfrance avant, pendant la fi evre. 50 Sphe're 461ective daction stir certlanes parties deC rorganuisme. COTE GAUCHE. lntefrieur et exterieur de la te'te.

Page  60

60 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. au-dessus de la mer que le veratrurn; c'est au commencement de sa floraison, dans les mois de juin ou juillet, qu'on recolte l'herbe de 1'aconit SAUVAGE. Celui des jardins, cultive, ne peut fournir que des resultats douteux. On exprime le suc de l'herbe fraiche, qu'on ni"le avec parties eogates d'alcool. Pour la preparation de la teinture-mere, la qualite la plus convenable est l'alcool absolu de 95 p. 100; pour les attenuations, on peut se contenter de

Page  61

ACONITUM NAPELLUS. 61 peuveut 6tre de son ressort, ainsi que quelques affections des organes pulmonaires, les suites d'un refroidissement provenani surtout d'un vent d'EST, etc., etc. Mais l'etat du moral est 'a consulter, et souvent seul decide du choix entre divers me~dicaments qui semblent egalement convenir a 1'application qu'on en vent faire. L'aconit, dii Hahnemann, est indispensable chez les femmes qui ont e'prouve6 de ]a frayeur ou des contrarie'tes pendant leurs re~gle

Page  62

62 SYNTHESE CARACTERAISTIQUE. momns bien approprie" aii affections des habitants des lieux has et humides, 'a fibres rnolles et lymphatiques. Les expe~riences auxquelles M. Rayer s'est. livre" sur 1'action de 1'aconit chez 1'homme en Mtat de sante', sont loin d'e'tre aussi concluantes que celles qu'il a faites sur los animnaux. L'dlat do diaphore~se re~sultant. do Faction physiologique de co medicament, d'apre~s Stoerck (1), me parait gratuite-. mont attribue. a un sentiment de peu

Page  63

ACONITUM NAPELLIS. du quinquina, (Ie l'albumine, des malate, muriate et sulfate de chaux, de 1'amidon et du ligneux). Ce que je dis de l'extrait de l'aconit est egalement applicable "i toutes les preparations de meme nature. M. Kapeler a soigne un malade qui en prenait, chaque jour, cinq cents grains; ce qui suppose, ajoute M. Rayer, bien peu d'action (en effet) dans un semblable rem~de. Eh! voila comme on e~crit I'histoire, meme en therapeutique officielle (1)!!! D'apre~s M. Milne Edwards, l

Page  64

64 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. Le peu de dure'e de lFaction de I'aconit, me~me 'a doses toxiques, ne permet gue~re son emploi dans les affections chroriiques que comrne moyen intercurrent, quand ii se trouve accidentellement, indique, c'est "a tort que les auteurs 1'ont conseille' dans le cancer, etc., etc., et les tumeurs organiques tenant 'a une diathe~se ge~n~rale. C'est ordinairement sous I'influence des ide~es Broussaisiennes (de la '6trange abus que 1'on fait de 1'aconit qui pl

Page  65

'IIF ARINICA MONTANA GENESIE DE L'ARNIQUE DES MIONTAGNES Ito Physlologie relative an rhythame, aux effets essenliels et concomitants de 1Varnica. (I). Le maximum d'action de ce me~dicamient se manifeste LE SOIR, LA NULT avant mhmnit, ou le MATIN, et a pour caracte"re une douleur CONTUSIVYE, DE MEURTRISSURE,DE LUXATION,- PRESSIVE,-. TRACTIVYE, - se propa.geant de has en haul et du dehors en dedans'; - douleur de brisure des p.arties exter-nes, - DE FOULURE AUX ARTICULATIONS, -AUX

Page  66

661 SYNTIIESE CARACTERISTIQUE. TERNES-de FATIGUE, DE PL1NITUDE DANS LES PARTIES INTERNES, D') UNE CHEVILLE ENFONC1tE DANS LES PARTIES IINTERNES,- EXTERNES.?20 Psychologie. A'NXI1,T1 MORALE. Humeur irrit~e',- variable. Resistance opiniadire. PERTE DE CONNAISSANCEI VERTIGE, DISTRACTION, embarras, etourdissement. Indiff6rence pour les affaires, inaptitude au travail. 30 Affinit46 plais sp~ciale A certains temperaments et constitutions. Convient aux person nes PLITHORIQUES,-A IFACE ROUGE

Page  67

ARNICA MONTANA. 637 ternes. LiPOTHYMIE, MEURTRISSURES. NoIRcISsEMENT DES PARTIES EXTERNES. OEde~me, Pi'techies. PLAIES-QuI SAIGNENT BEAUCOLIP, - PAR INSTRUMENTS TRANCHANTS, - PAR CONTUSION,' - avec LUSIONS DES GLANDES, jple~thore, P0LYCHIMIE, polysarcie -SENSIBILITE DES PARTIES EXTERNES, -in ternes. SOUBRESAUTS TREMBLEMENTS DES PARTIES EXTERNES. INDIVIDUALITES CLINIQUES. TETE. HIMICRANIE GAUCHE. SURFACE EXTERNE DU CRANE EN GE~NERAL. Cheveux en ge~ne~ral-BRUNS; EPIPHORA, SOURCIL

Page  68

SYNTHESE CARACTERISTIQUE. DIURESE ET PARTIES GENITALES. URINE PALE, - FONCUE, se'dinment sablonneux. BESoIN D'LJRINER -SANS RtSULTAT7 - NISSION PEP ABONDANTE, - TRE"SRARE - PR GUTTE, -involontaire - la nuit at lit. REBTENTION D'URINE (ischurie). I3piphenorne~neS AVANT, APRES L'IýMISSJON d'urine. YVESS[E. PARTIES GVI~NTALES EN GCNIERAL, - VIRILES: "VERGE, TESTICULES, SCROTUM, cordons spermatiques.- Sexuelles:ute'rus, MENSTRUES DE COULEUR PALE, - fondee, DOULEURS QUL ACCOMPAGNENT L'EXPULSION

Page  69

.ARNICA MONTANA. 69 DOULEUR LANCINANTE, -DE TENSION. Tcmnperature C[IAUDE, BRULANTE. SENSATION DE-FROID EXTERNE, CHALEUR, ET Sk~HERESSE DE LA PEAU. Exanthe~me en ge~neral, EXANTLIIME DOULOUREUX, - AVEC DOULEUR, TENSIVE. ENGELURES, JIRYSIPE LE. FU-. RONCLE (clou) =-PETIT, GERýURE ET FISSURE. Taches acarpodermoses,-coul eurs BLEUES, -JAUNES,-ROuGES, -VERDATRES. PRURIT LANCINANT, -FOURMIILLANT, -AMILItOREý PAR LE FROTTEMENT. Turmeur BRULANTE, -BLEUE NOIRATRE,-DURE,FOURMILLANTE. ULC

Page  70

SYNTHESE CARACTERISTIQUE. 50 -Sphe're O1ective d'action sur certabines parties de I'lorganisniee COTE AGAUCHE. INTI3IIEUR DE LA T1ETE. OEil, OREILLE, face, DENTS, HypocoNDRE. Ventre, anneau ingu~inal., cou et fluque, P01-' TRINE. PARTIE SUPIRIEURE DIU CORPS. Partie iniftrieure du corps, parteslu corps en general. Sympt6rnes f6briles. COTE DIIOIT. intericurm de la tate. O0il. oreille, face.Hypocondre,ventre. PARTIES GLNITALES, P01 -TRINE. REIN, partie supe'rieure du corps, PARTIE INFfR1EUR

Page  71

ARNICA MONTANA. 71 partie supe'rienre et gauche du corps, d la t ete, autr dents, a l'oreille, ( la poitrine =, P l'hypocondre. = La poitrine. les parties ge'nitales, le rein et la pahtie infirieure du corps d droite rentrent davantage dans sa sphere d'action. Les sympt6mes se manifestent le soir, la nuit, avant minuit, et le matin; leur caracte~re est une douleur CONTUSIVE, pressive, tractive, lancinante de dehors en dedans, etc.; une sensation de fourmillement dans les parti

Page  72

"72 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. dans les sugillations si douloureuses au toucher, avec aureole rouge, enilammee; dans les furoncles, (PETITS, et de' truit meme la predisposition ' ces sortes d'e&uptions.) Dans I' rysipe'le phlegmoneux et Ia bri^dure profonde, dans 1'e'rysipele simple et la brilure superficielle, le rhuts toxicodendron est prefifrable "a1'arnica, ainsi que dans les contusions, ertorses, diastasis, dont les fibres tendineuses et ligamenteuses qui avoisinont les grandes

Page  73

ARNICA MONTANA. 73 L'arnica est du petit nombre des reme~des homceopathiques qui s'emploient 'i l'exte'rieur: une goutte-environ de teinture me~re, par O grammes d'eau. Apre~s 36 heures de son usage, ii est inutile de le continuer, ayant alors produit tout le bien que l'on en pouvait attendre dans le cas present. Le Yin semble singulie'rement aggraver ses effets nuisibles. La coque du Levant, dans beaucoup de circonstances, est, comme antidote de ce rene~de, administree a doses trop fortes

Page  74

14 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. ce soit, l'administrationl organique, ainsi que l'administra-. tion intelligente des postes, fera toujours parvenir chaque Sfactum &" son adresse. )) Est-ce ]a de la science? en v&rite", en presence de pareille e~normite', n'est-on pas tente' de s Ieerier: PAUVRES MALADES! pauvre me'decine I L'arnica. montana, appe1e" par -Meisner, panacea lapsorum, et dont ii y a deux sie~cles et plus que Felir fit conna]'tre cette de'couverte do ]a me'decine domnestique,

Page  75

ARNICA MONTANA. 78 expression d'un sentiment honorable manifeste parM. F. Ratier (1),a te depuis realise par la traduction des ouvrages de Hahnemann, par Jourdan, qui ne parurent en France qu'en 1834. Le premier effet qui resulte, dit M. Milne Edwards, de Fingestion de ce medicament, est une irritation des voies digestives, caracterisee par un sentiment de pesanteur ala region epigastrique, des nausees,.quelquefois des vomissements, des coliques" et meume des dejections alvines; le second e

Page  76

76 SYNTIIýSE CARACTERISTIQUE. L'arnica, dont M. Teste a fait le type de son premier groupe, dans sa Syshtnialisation de la matie're me'dicale honmeopathique, est assurement une des substances dont les me"decins de l'ancienne e'cole, dit-il, ont, le mieux apprech6 les proprie~tes the~rapeutiques, "a tel point qu'en rassemblant tous les cas pathologriques dans lesquels ii fut employe' avec succes, on aurait l'imagre comphe~e de sa pathoge'nesie. Gr~tce aux travaux de Hahn emann, les

Page  77

IV ALISENICUM ALBUM GENESIE DE L-'OXYDE BLANC D'ARSENIC 10 Pliysiologie relative an rii.ytlnme, aux effets essentiels et concomitants de r~arsenic (1). Les plus grands effels de ce remnede se manifestent LE soIR, LA NUlT-APRItS MINUIT -, et on t pour caractere essentiel UNE DOULEUR BRULANTE, - PRESSIVE DE DEHORS EN DEDANS DANS LES PARTIES INTERNES, - ARDENTE, EXTERNE, - INTERNE, - LANCINANTE ET TIRAILLANTE DANS LES MUSCLES, -RONGEANTE DAN5 LES PARTIES - INTERNES, -DE T1ý(4) CIRCONSTANCES ET C

Page  78

78 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. NESME (serrement violent),- TENSIVE, INTERNE,. TIRAILLANTE DE BAS EN HAUT, -TIRAILLANTE DE HAUT EN BAS DANS LES MUSCLES, -pulsative, tractive, - d'ecorchure dans les parties externes, internes. Sensation D'ANXlIETI PHYSIQUE, - DE FROID AUX PARTIES INTERNESDE MOLLESSE (m-alaise), - d'eaaitement inte'rwier,- DE CHATOUILLEMENT COMME PRODUIT PAR UN POIL, - UNE BOULE DANS LES PARTIES INTERNES. 20 Psychologie. ANXIItTI MORALE, D1tSESPOIR, indiff~rence, hurneur

Page  79

ARSENICUM ALBIUM1. 4o G~nq~ra1It4s ciniqnes. Les sympto'mes assez peu graves, dans les conditions ordinaires, de~terminent, quand uls sont homceopathiques avec l'action de 1'arsenic, un accablement su bit et absolu des forces, affections des parti es extern es, predoininan t dans les parties inlernes, occupant plus specialealnent LE COTE~ GAUCHE DU CORPS. SOUFFRANCES PIthIODIQUES. AGITATION PHYSIQUE. ANEMIE, ATROPHIE (amaigorisse men t cg6n eral), BRULURES (ambustion). CROCIDISME, chiorose, C

Page  80

so SYNTHESE CARACTERIST1QITE. - contracte, -REGARD FIXED PHOTOPHOBIE. ALTfRATION DES TRAITS, CONTORSION DES TRAITS. GONFLEMENT, bouffissure DE LA FACE, TEINT BLEUATRE, - PALE, - TERREUX, CUIYREUX (couperos6) jaine, verddtre. YEux ENFONCIýS, - PROtlMINENTS, EXANTHEME AUTOUR DES VEUX. Y1EUX CERNRS DE BLEU, GONFLEMENT (cederme) DES PAUPIERES lNF8RIEUKES. GONFLEMENT DU NEZ. EXANTHE3ME DES LIVRES, A LA LIWRE SUPJtR1EURE. 'Bouche entr'ouverte. Sie'ge des sensations:L1EYRE -SUPI8R

Page  81

ARSENICAUM ALBUM. 81 FfiTIDE, de QUAL1TIE TRES-ACRE, - DE SUBSTANCES NON DIGl.RRfES (liente'rie). tpiphe'nome~nes (anrt., - PENDANT, APRItS la selle. Procionosie. HIPMORRHOIDES, DIURESE ET PARTIES GE&NITALES. Urine trouble, SANGUINOLENTE, -D'ODEUR FtI~TDE, CHAUDE (brtuilante). lEmission, pen abondante ou tre~s-abondante, - invlVion aire, - INVOLONTAIRE LA NUIT AU LIT. PAR.TIES GgNITALES EN GENfRAL, VERGE, gland, SCROTUM. Satyriasis, re~gles de longque dnuree,-TROP ABONDANTES m-en

Page  82

82 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. CAVITI9 THORACIQUE. (ceur et 2-egion du eceur BATT'EMENTS DE COEUR, - AVEC ANXLETM, - in1termittents, TREMBLOTANTS. GLANDES MAMMAIRES. DOS ET TRONC. Ornoplates. DOS. Sacrumn. Extre'mite's supe'rieures: Articulations en general, e'paule, BRAS, articulations de la main, main en general, doigis, entre les doigts. Extre~mite~s inf~rieures:Regio n coxo-femorale en general, articulation du genou, JARRET, - jambes, tibia, MOLLETS, articulation du pied, PIED, pla

Page  83

ARSENICUM ALBUM. 83 -jaundire. - avec DOULEUR BRULANTE. Taches acarpodermoses: couleurs BLANCHATRES, bleues,- livides, chez les viejillards, - ROUGE DE CUIYRE, -BRULANTEs-comme a la SUITE D'UNE BRULURE. PRURIT BRULANT. TUMEUR BRU.LANTE, - BLEUE NOIRATRE,-HYDROPIQUE, OEDJ3MATEUSE, -INFELAMMATOIRE,. SPONGIEUSE (molluscurn). ULCIERES EN GENE~RAL - bleudtres, - NOIRATRESAU FOND - aveC TACHES BLANCHES, - ATONIQUESCOMME BRULIES, - CANCIEREUX,. DURS, INTLA.MMATOIRES, LARDACI3S -

Page  84

SYNTHESE CARACTERSTIQUE. BAILLEMENTS,7 SOMMAEIL, REYES, CIRCULATION ET FIEVP.E. BAILLEMENTS AVEC PANDICULATIONS, SOMNOLENCE LE JOUR, L OI. OMEIL TARDWF. - SOUFFRANCES QUT EMPECHENT DE S'ENDORM1R. Positions pendant le somrneil: Les mahinssonsla iete, - ASSIS. -sur le dos. SOMMEIL AGITE, - ANXIEUX. tPIPH19NOME"NES DU SOMMEIL.RýVEIL DE TROP BONNE IIEURLE. CPIPH8NOMENES DU RIW"EIL. INSOMNIL EN GENERAL, - AVEC ENYLE DE DORMIR, -AYANT MINULT, -APBtS MLNUIT. CALUSES DEL ]INSOMNLNIL. RAVES ANXIEU

Page  85

ARSENICUM ALBUM. 8 frissons, a" l'ex4U'rieur, chaleur al' 1'nte~rieur; - DE FRISSONS A L7 INTERIEUR, CHALEUR A, L 7EXTIfRIEUR; - DE FRISSONS ALTERNANTS AVEC CHALEUR, - DE CHALEUR, PUIS SUEUR; - de chaleur avec horripilation, - DE CHALEUR ALTERNATIVE AYEC FRISSONS, d'horripiiaiions, puis froid. Souffrances, AVANT, - PENDANT,- APRFES LA FIIWVRE. 50 Sphe~re 46lective d'action sur certalnes parties de rorganisnie. COTE GAUCHE. Interieur de la Uh'te. EXT1tRIEUR DE LA TJtTE.

Page  86

86 SYNTHESE CABACTERISTIQUE. IIEPAR., c~mptn., suivant la predominance de tels ou tels syrnpt~mes. A doses massives, le lait gras en abondance, l'eau savonneuse concentr~e' (on a presque toujours, ces rnoyens ai sa disposition) ou l'oxy-hydrate de fer, une solution de foie de soufre, de bicarbonate de potasse moele' d'huile, tels sont les plus su^ rs moyens de combattre. les effets d-e l'empoisonnement par l'arsenic. Doses usitees:ve, x" puissances (15, 30, 40). Les sympt6mes, semi

Page  87

ARSENICUM ALBUM. pocondre, au rein et sur ]a partie supe~rieure dui corps, agit plus sp~cialernent 'a droite sur la. face, la cavite' buccale, et ]a gorge, le VENTRE (voies digrestives), 1'anneau inguinal, la poitrine, le rein et sur la partie inf~rieure du corps. C'est le soir, la nuit, apres minuit que se manifestent surtout ses effets par une douleur bri'dante, ardente, externe, interne, pressive de dehors en dedans dans les parties internes, rongreante interne, de te'nesme, etc., avec un

Page  88

88 SYNTMHSE CARA CTERISTI QUE. celles qui re'sultent de l'abus du sulfate de quinine: acce~s d'anxie'te, la nuit, qui forcent, "a quitter le lit; tremblernent des ivrogrnes, alienatLion men tale des ivrognies et autres souffrances provenant de l'exce~s des boissons alcooliques; ophthahnie, ulce~re de la corne~e, photophobie, otalgie, prosopalgrie, cancer au nez, aux le'vres, au visage; angine gat> grene use; gastrites aigues, et surtout subaigru~s; pyrosis, douleur ardente dans l'e

Page  89

ARSENICUM ALBUM. 89 tions nerveuses, les nevralgies faciales, la migraine pe~riodique, la danse de Saint-Guy, le rhumatisne, le trismus, la phthisie; (1e dyspne'e, de douleurs habituelles de poitrine, d'affections calarrhales, d'asthme humide, etc. Zeller est le premier qui ait, dans le cancer, fait l ~Aloge de 1'acide arse~nieux. Ronnow, Schrulz, Adair, Desgranges assurent en avoir obtenu de bons etfets, ainsi. que dans un grand nombre de maladies cutanees. Otto a publi6 trois observations

Page  90

90 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. doses d'autant plus re'duites, que lFaction pathogen~tique du remade doit etre en rapport de similitude compkete avec 1'affection maladive contre laquelle elle est dirig~e. Mais~c'est surtout dans les fie'vres intermittentes que 1'acide arse'nieux a, tour 'a tour, e" e'pre'conis6' avec autant dWenthousiasme que de~nigrre par tine pusiIlanimite" que rien no justifie. Dans la. seance du 19 aoii t 184.5 "a 'Acadernie de medecine, MM. les docteurs Bally et

Page  91

AHSENICUM ALBUM. 911 de grain, et quelquefois ii a r6ussi avec cette faihic quantite6. A ceux qui font un reproche de recourir ar 1'emploi de 1'arse-' nic, M. Bou din re'pond en re'petant ce que Paracelse disait, ii y a trois cents ans: ((C'est pre'cise'nent parce que c'est un poison qu'il gue'rit; et cornme poison, ajoute-t-il, la quinine a fait depuis ion gtemps ses preuves (1).- ) D'apr~s M. Boudin, toutes les affections linnhe'niques, quel que soit leur mode de phenome'n

Page  92

92 SYNTHESE CARACTERISTIQUE. ales formes morbides ordinaires, observe'es endemiquement dans toutes les conird'es mnardeageuses qu'iI y a identild' de nature, et je croirais n'avoir soulevd que bien fai-. ((blement le voile qui recouvre la vedrite', si je me bornais aici "a faire ressortir 1'origine identique des fiedvres interamitlentes, rdrnmittentes, continues et larvees, ainsi que les diarrhedes et los dyssenteries endedmiques dans les pays de a rarais. J'ai vu, dans le nord de

Page  93

ARSSENICUM ALBUM. 9 93 rmedicatrice de l'acide arsenieux, dans uno foule d'affections maladives oii iVon chercherait en -vain un autre medicament qui fut susceptible de le suppl6er? M. Toste, dans sa Syshi'matisation pralique, etc., p. 201, 1853, cite M. Boudin, alors me'docin en chef de lh'hpital militaire du Roule, comme bien pre~s d'etre homceopatho. De quel ve'hicule, dit-il, penso-t-on quo M. Boudin se serve pour l'administration de ses doses, prosque infiniht"si males, d'

Page  94

94d SYNTHESE CARACTEISTI QUE. duit (1). Que conclure du rapprochemenitde ces faits? c'est que, pour le me~decin, quelle que solt I ecole 'a laquelle ii appat'tienne,il ne peut y avoir de spd~ci/ique absolut, en raison des conditions individuelles de temperament, de constitution, d'i-r diosyncrasie et des epiphenomenes qui prece~dent, accompagrnent ou suivent les e'tats naorbides propres au type si varie' des maladies intermiltentes. Le quinquina ne peut pas plus rem placer comme an

Page  95

ARSENICUM ALBUM. 95f 1'arsenic et du china, et de leur application antiperiodique dans les fievres intermittentes. (Yoyez page 110.) L'efficacit6 de 1'acide arsenieux et son innocuite' absolue (d dose therapeutique), ont aujourd'hui subi la quadruple epreuve du temps et des lieux, du nombre des experimentateurs, du nombre et de la variete des maladies,)) dit M. Boudin. Les eaux minerales d'Haman-mez-Koutin, en Algerie, contenant une faible proportion d'arsonic, comme l'a de'nontr6 M. Tripie

Page  96

96 SYNTHESE CARACTEBRISTIQUE. s'il 6tait possible alors, queule me'dication plus positive, Plus RATIONNELLE? 0 thra~peutique decevante!!! M. Boudin, jugre si comnpetent en pare ille rnatiere, apres s'etre livr6 ~ides etudes comparatives sur l'efficacit' indubitable de l'arseniate de quinine, de~clare qu'aucune suprernatie ni'a Pu 'tre saisie en sa faveur (1); qu'au contraire, 11 pre'sente l'inconvenient d'une amerturne tres-prononcee et conclut que jusqu'a nouvel ordre, 1'acide ars