Page 223, note 1. I quote from the admirable Introduction à l'étude de la Figure Humaine, by Dr. Paul Richer of Paris, the following passage with regard to this power of divination found in the great masters of science:—

"Ce que nous gagnons d'un côté en confort matériel, ne le perdons-nous pas de l'autre en art et poésie? Avec le règne de la machine, que devient le sentiment esthétique? [He then says that Art and Science have a common ground where Page  410 they meet, and continues:] Chez le savant, par exemple, l'étude patiente et régulière des faits n'exclut point l'usage des facultés créatrices de l'esprit. Bien au contraire, cette étude ne sauvait conduire à rien sans une certaine dose de l'intuition et, pour ainsi dire, de divination qui, dans un fait des plus vulgaires, fait entrevoir des merveilleuses conséquences. [He instances Newton and Galileo.] Et cependant avant ces grands hommes bien des gens avaient vu fruits tomber des branches, et des lampes se balancer au voutes des églises. Qu'avait-il donc manqué pour transformer ces faites vulgaires en grandes découvertes? Rien d'autre que cette faculté creéatrice qui est le propre du génie, quel que soit le domaine où se manifeste son activité.

"Il ne faut pas confondre, en effet, la science que se crée et la science toute faite. Le raisonnement et la déduction supposent toujours un point de départ qui est une idée neuve."


 [ return to text ]